jeudi 26 mai 2016

Le village d'Ascarat - Azkarate

Le village d'Ascarat - Azkarate
Au pied du Jarra en Basse Navarre Ascarat ou en basque Azkarate. 
Le nom de ce village proche de St Jean Pied de Port pourrait venir du terme azkarr qui veut dire "érable", le nom de la commune désignerait alors un "lieu d'érables". Ascarat pourrait venir également d'aitz-garate qui se traduit par "lieu d'élévation rocheuse".

mercredi 25 mai 2016

La forêt d'Ustaritz

 La forêt d'Ustaritz (Ustaritzeko oihana) est un site remarquable de 640 hectares.

La forêt d'Ustaritz


La forêt d'Ustaritz
 

La forêt d'Ustaritz permet de découvrir une grande diversité de milieux.

La forêt d'Ustaritz



mardi 24 mai 2016

Le Kalbarioa à Urrugne

A Urrugne la chapelle d’origine du Mont-Calvaire (Kalbarioa en basque) date du XVIIe siècle. Une croyance locale établit que c’est l’abbé d’Aprendistéguy qui consacre son patrimoine à l’édification de cet ermitage, situé sur ce lieu où il demeure en 1650.

La colline où se trouve la chapelle doit son nom à un calvaire dont la présence est certifiée dès le XVIIIe siècle. On sait qu’avant la Révolution française le complexe religieux du Mont-Calvaire est composé, en plus du calvaire, d’une chapelle et du logis d’un ermite. C’est la communauté d’Urrugne qui prend alors en charge leur entretien.



Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne

Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne

Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne


Au cours des années 1793 et 1794, la remise en cause de la religion catholique par les républicains conduit à la destruction de tout l’ensemble patrimonial.
Les archives post-révolutionnaires mentionnent la présence des ruines de la chapelle, de l’ermitage et du calvaire sous un monticule de terre. Ce fameux tertre est fouillé à partir de 1969 sur l’initiative de Jean Fourcade. Les travaux d’excavation remettent au jour le sol de la chapelle ainsi que les parties inférieures des murs et de l’autel.



Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne


Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne

Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne

 Au vu du succès de cette découverte, la communauté décide de redonner vie à l’ensemble.

 
Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne

 C’est ainsi que sont réédifiés une chapelle et un nouveau calvaire au terme de travaux de restauration et de reconstruction. La chapelle est construite au sud de l’emplacement originel de l’ermitage. Pour optimiser la conservation de l’édifice dans son environnement naturel, sont même intégrées autour du site de grandes pierres de lauzes qui en interdisent l’accès au bétail.

Le Mont du Calvaire - Kalbarioa à Urrugne


 

dimanche 22 mai 2016

Le village de Saint Martin d'Arberoue

Saint Martin d'Arberoue
Saint Martin d'Arberoue
Saint Martin d'Arberoue en basque Donamartiri, petit village de 320 habitants, situé en Basse Navarre, est une ancienne baronnie. Le village peut s'enorgueillir de très belles maisons basques dont certaines existaient déjà en 1435 lors de l'anoblissement de 24 d'entre elles autour de l'ancien château "Palacio", siège de la cour de Navarre, incendié et en ruines depuis le milieu du XIXe siècle.

 







Saint Martin d'Arberoue

Saint Martin d'Arberoue
Les textes médiévaux nous apprennent que Saint Martin d'Arberoue avait un toponyme très ancien Belhoritz qui selon le linguiste Jean-Baptiste Orpustan signifierait lieu d'herbe ou site à herbage abondant donc propice à l'élevage.
 
 






Saint Martin d'Arberoue
Saint Martin d'Arberoue
Saint Martin d'Arberoue


Le nom Arbéroue , qui a remplacé Belhoritz, était cité dès 980 sous les formes "Arbeloa" et "Erberua". Il s'agit à la fois du nom de la vallée et du nom de la rivière qui la traverse.
Arbéroue est certainement issu du mot "arbel", contraction de "harri beltz" : lieu de la pierre noire.

 Lors de l'invasion de l'Espagne par les troupes napoléoniennes, le Maréchal Soult séjourna quelques jours au château de Saint Martin.

Climat du Pays basque

Brouillard au Xoldokogaina Biriatou

Le climat du Pays basque est varié et fortement influencé par l'Océan Atlantique. 
Les vents dominants sont orientés d'ouest en est et amènent des précipitations régulières au printemps. 
photo au col d'Osin (Osin lepoa) massif du Xoldokogaina à Biriatou.

samedi 21 mai 2016

Sare, le quartier Ihalar - Petit Paris

Sare, le quartier Ihalar - Petit Paris
Implanté sur une petite colline, ce quartier est peut-être le noyau primitif de la paroisse. L'alignement très particulier de ses maisons, de part et d'autre de la rue principale, lui donne un aspect typique de village rue. Cette disposition correspond à l'apparition des bastides au XIII e siècles.

Le quartier Ihalar de Sare fut lieu de cantonnement des troupes envoyées par le roi Louis-Philippe, lors des guerres carlistes, afin de verrouiller la frontière et d'éviter tout débordement de ce conflit sur le sol français. Le quartier porte depuis le surnom de "Petit-Paris".

jeudi 19 mai 2016

Les Paramoudras du Jaizkibel

En Gipuzkoa le Jaizkibel est un chaînon montagneux (550m), d'orientation est-ouest, entre Fontarrabie et Pasajes. 

Les paramoudras du Jaizkibel
Les paramoudras du Jaizkibel
  
 Entre l'embouchure de la ria de Pasaia et Hondarribia le massif du Jaizkibel 543m déploie une muraille de marne et de grès de couleur ocre sur près de 10km.







Les paramoudras du Jaizkibel

  


Côté océan, pentes vertigineuses et reliefs escarpés se succèdent coiffés de pâturage et d'une riche végétation.

De nombreux sentiers permettent de découvrir entre le Cap du Figuier et la Punta Biosnar plusieurs criques sauvages protégées du déferlement des vagues.

Les paramoudras du Jaizkibel














Les paramoudras du Jaizkibel



Dans les grès de Jaizkibel a été découverte la plus grande et la plus dense accumulation mondiale de ces curieuses structures appelées paramoudras (mot issu du gaëlique signifiant poire de mer "peura muireach")







 



Il s’agit de formes sphériques ou arrondies se développant verticalement sur 2 à 3 mètres et pouvant atteindre 8 m de développement horizontal. Ces éléments sont toujours traversés par un petit canal d’environ 5 mm de diamètre, dans lequel on peut parfois trouver une structure mineure que l’on a appelée spicule. Ces masses se distinguent tout à fait clairement sur les strates de grès du fait qu’elles sont plus résistantes à l’érosion que la roche environnante.

 D'après Michel Molia (le découvreur du site) et Carlos Galan les paramoudras sont des concrétions qui se sont faites autour des terriers de vers (polychétes ?) dans les fonds marins, il y a plus de 45 millions d’années.

Les paramoudras du Jaizkibel
Les paramoudras du Jaizkibel

Les paramoudras du Jaizkibel

Les paramoudras du Jaizkibel
Selon cette hypothèse, un groupe d’invertébrés aurait creusé des galeries dans le fond marin pendant la sédimentation. Ces perforations agiraient comme des canaux pendant la transformation du sédiment en roche (diagenèse), permettant la circulation des écoulements aqueux riches en silice (à cause de la dissolution des grains de quartz). Cette silice se précipiterait progressivement dans la périphérie des canaux, formant des concrétions ou nodules massifs de silice qui finiraient par envelopper le canalicule central.